travaux | vidéos | expositions | biographie| presse | contact |  
 

Désordre
Installation composée de neuf photographies, deux vidéos HD de 3'30 minutes chacune ainsi qu'une sculpture/maquette. Présentée à la Galerie BAC (Montréal, Qc), Centre Bang (Chicoutimi, Qc) et lors de l'exposition collective Papier en mouvement (Montréal, Qc) en 2014.

 

 

Voir les images / See images  


 

 

L’exposition Désordre met en scène une sculpture/maquette présentée au centre de la galerie. Cette maquette contient trois scènes rotatives qui ont préalablement servi à une prise de vue photo et vidéo au cours de laquelle diverses  situations dramatiques et accidentelles ont été produites. Neuf photographies grand format et deux séquences vidéo de quatre minutes chacune ont ainsi réalisées. Motorisées, la maquette et les scènes tournent chacune sur elle-même durant toute l’exposition. Les trois scènes, près les unes des autres, se sont contaminées au moment de la prise de vue. La scène filmée étant en mouvement elle fut bonifiée et transformée par les arrières scènes, elles aussi en rotation. Il a résulté de cette mise en forme une panoplie d’images et d’interactions entre les diverses scènes et situations construites sur la maquette.

Ce qui est proposé avec cette exposition est un jeu de représentations, suggérant qu’une seule et même scène puisse en contenir plusieurs, plusieurs versions d’un même fait et plusieurs façons de représenter et de comprendre le réel. Le spectateur de ces œuvres sont alors invités à faire des allers et retours au travers des différentes sources d’images pour tenter de créer une filiation. La réalisation de ces mises en scène morcelées permet une fragmentation du drame qui actualise l’idée de l’incapacité de l’image à retranscrire adéquatement un sujet dramatique. En effet, les images de catastrophes portent inévitablement en elles une forme de banalisation liée à leur incapacité à relater convenablement  le sentiment d’impuissance des victimes et témoins de la scène. La sculpture/maquette vient alors réaffirmer la fiction et le simulacre présentés dans les images.